Essai BMWBLOG : BMW Z4 sDrive35is 2012 contre Porsche Boxster S 2013

  bmw z4 contre porsche boxter1

Avec le lancement d'une toute nouvelle Porsche Boxster S 2013, BMWBLOG s'est dit que ce serait le bon moment pour comparer sa rivale naturelle : la BMW Z4 sDrive35is. Une comparaison injuste me direz-vous ? Les deux décapotables allemandes à deux places peuvent être bien optionnées pour un peu moins de 70 000 $, et les deux conducteurs de roue arrière peuvent vous faire passer de 0 à 60 mph en environ 4,8 secondes. Cependant, les deux offrent des expériences de conduite assez différentes et vous y conduisent de manière assez différente via des philosophies divergentes.

BMW a gardé les fidèles en espérant qu'un modèle M sortirait dans cette deuxième génération de la E89 Z4. Après tout, BMW nous avait donné une version M dans ses deux roadsters précédents - un Z3 M et un E85 Z4 M avec le fantastique moteur S54 hurlant du E46 M3. J'ai vu un E85 Z4 M l'autre jour et ils ont toujours l'air fantastiques. Ils étaient également plus rapides que les Boxsters de son époque. De plus, la BMW avait un différentiel à glissement limité (LSD) alors que la voiture Porsche n'en avait pas. Hélas aucun M Z4 ne devait venir. Cependant, en 2011, BMW a choisi de nous offrir un hot rod gonflé Z4 sDrive35is avec un moteur bi-turbo N54 peaufiné avec une nouvelle fonction de couple de suralimentation et pas de LSD mais de nombreuses aides à la manipulation électroniques.

  bmw z4 35is porsche boxer s 655x197
  bmw contre porsche 655x249



Les Boxsters d'origine ont été très décriés dans la presse automobile et n'ont jamais obtenu le succès commercial souhaité par Porsche, même avec une configuration de moteur central techniquement supérieure. Sabine Schmidt, un phénomène du Nurburgring, pilote de BMW et de Porsche, appelle avec dédain le vieux Boxster une voiture de femme au foyer.

En fait, ce n'est qu'en 2011 avec le Boxster Spyder dépouillé et orienté piste que la presse en dehors des magazines Porsche dédiés lui a donné beaucoup de presse positive. Cependant, tout a changé avec la troisième génération et le tout nouveau Boxster 2013 qui arbore le code interne 981 de Porsche. En personne, comme sur les photos, il est absolument magnifique. Les critiques automobiles sont tous ravis dans leurs critiques et après l'avoir conduite, je suis d'accord. Même Chris Harris déclare que la Boxster S 2013 est une vraie voiture de sport, et Porsche a finalement construit une Boxster qu'un homme pourrait acheter et je ne me sens pas gêné de la conduire.

Du pouvoir:

Ici, nous voyons une divergence majeure dans la philosophie entre Porsche et BMW. Les deux sont des moteurs à injection directe de carburant, mais maintenant, BMW a choisi de mettre un turbo sur presque tout. Le dernier moteur à aspiration naturelle que BMW vend actuellement est le V8 de la E92 M3. Lorsque cette M3 sera retirée en 2013, le moteur atmosphérique à haut régime et la philosophie fondatrice de BMW M auront malheureusement disparu. L'unité de puissance BMW maintient une puissance élevée - 332 lb-pi de 1 500 tr/min à 4 500 tr/min. La puissance maximale de 335 ch est délivrée à 5 900 tr/min.

Porsche, cependant, propose un moteur à aspiration naturelle à haut régime dans le Boxster, mais le turbo charge ses modèles haut de gamme. Lorsque l'on regarde la puissance totale des deux moteurs, BMW gagne ici car il apporte 100 pieds / livres de couple supplémentaires au combat. La Porsche obtient cependant un signe de tête pour que la place du moteur soit au milieu du Boxster au lieu du mauvais côté comme une 911.

Vainqueur : BMW

Transmission:

Porsche propose une norme manuelle à 6 vitesses et leur double embrayage PDK est une option de 3 200 $. La BMW Z4 sDrive35is est disponible en une seule transmission - la DCT. Les deux offrent des manettes montées sur palettes et ayant conduit à la fois le DCT et le PDK, je préfère en fait les palettes sur la Porsche. Cependant, les deux fonctionnent bien et sont intuitivement placés. La possibilité d'utiliser trois pédales pour changer de vitesse, même si elle est plus lente, est plus impliquante et vous permet d'économiser 3 200 $, ce qui fait pencher la balance en faveur de la Porsche.

Vainqueur : Porsche

Coût:

Le prix de base du Z4 sDrive35is est de 64 200 $ et celui que j'ai conduit avait un PDSF d'environ 68 000 $. Le prix de base du Boxster S 2013 est étonnamment inférieur à 60 900 $. Certes, la Porsche n'est pas livrée en standard avec la boîte de vitesses à double embrayage et si vous ajoutez 3 200 $ pour l'obtenir, la différence de coût s'évapore presque. Cependant, si vous commencez à devenir fou avec les options de la Porsche, le prix peut facilement monter en flèche sur le territoire de la 911. Juste par curiosité, j'ai commencé à cliquer sur toutes les options disponibles sur le configurateur Porsche Boxster S 2013 et j'ai augmenté le prix jusqu'à 103 535 $ avant de m'ennuyer et d'arrêter. Noix hein? Attachez si vous pouvez vous contrôler sur la liste des options pour Porsche ou BMW est le gagnant si vous ne pouvez pas.

Ceux : BMW / BMW

Courses:

Le Boxster 2013 est si nouveau qu'il n'existe aucune version de course. Si jamais vous allez à un Porsche Club ou à une autre course amateur, vous constaterez que pas mal de Boxsters sont en piste, bien plus que les Z4 courues lors de courses amateurs aux États-Unis. Il y a un mais ici pour BMW. Munich a des voitures de course Z4 GT3 d'usine en Europe, et elles ont l'air sacrément et je veux dire sacrément bon . Bien mieux que n'importe quelle voiture de course Boxster que j'ai jamais vue. Ils sont disponibles à l'achat, mais il y a un inconvénient, ils coûtent 340 000 euros + TVA. La Z4 GT3 se rattrape avec un V8 de 4,4 litres avec une ligne rouge de 9 000 et développe 515 ch avec un poids à peine supérieur à 2 600 livres. J'ajouterais que la Z4 GT3 n'a que très peu de choses en commun avec sa version street. Gagnant? Il n'y en a pas, ceux-ci n'ont rien à voir avec les versions street. La course est juste cool.

Regards:

Je pense que le Z4 et le nouveau Boxster ont tous deux une apparence fantastique et projettent une apparence de route large et basse. Les deux ont l'air bien avec le toit relevé ou abaissé. La BMW vous offre un long compartiment moteur avant, presque comme une vieille Jaguar ou une Viper. Ou peut-être même un Z8 ! Conduire la Z4 m'a fait penser que le franchissement automatique pourrait être difficile car il était difficile de voir le bord d'attaque de la voiture si vous êtes assis si loin en arrière. Ce n'est pas le cas avec la Porsche, je pensais que la vue jusqu'au trottoir était idéale pour voir un parcours d'autocross serré. Les deux voitures d'essai avaient aussi des roues 19 vraiment adorables. En regardant les options Z4 sDrive35is, je me suis demandé pourquoi BMW avait choisi de faire la norme 18 Star Spoke Style 295 parce que les 19 sont tellement mieux.

Le Z4 sDrive35is que j'ai conduit avait les roues 19 5 Double Spoke Style 326M en option, elles ressemblent beaucoup aux roues tueuses du nouveau F10 M5.

Sur le Boxster, j'ai l'impression que les proportions ont l'air juste. Enfin la Porsche Boxster possède une tôlerie unique et n'est pas obligée de la partager avec la 911. Certains pensent même qu'elle possède des éléments de la nouvelle 918 Spyder. L'avant a des phares empilés inspirés de la course, ainsi que de grandes prises d'air avec des radiateurs derrière eux. Les portes ont un aspect sculpté et fonctionnent en fait pour aider à forcer l'air dans les grandes prises d'air du moteur juste devant les roues arrière alimentant de force le moteur six cylindres à plat 9A1.

Les feux de freinage à LED s'enroulent autour du panneau de custode arrière et certains se rétrécissent de manière transparente dans le dos et ainsi que là où vit un spoiler sensible à la vitesse. Cet aileron arrière se déploie pour réduire la portance à vitesse d'autoroute ou par un bouton sur la console. Porsche a même une lumière centrale nichée dans le bord inférieur du becquet. Les roues du Boxster S sont également remarquables. J'appellerai cette catégorie une égalité, même si j'avoue que le style et l'apparence sont totalement subjectifs.

Ceux : BMW / Porsche

La rapidité:

Malgré la puissance et le couple insensés de BMW avec un moteur de la Série 1 M fourré sous le capot, il y a un lien virtuel ici. Les deux font 0 – 60 dans un 4.8 identique. La BMW efface son avantage de puissance avec du porc. Le Z4 pèse plus de 600 livres de plus que la Porsche. Je n'avais vraiment pas, et je veux dire aucune idée que le Z4 sDrive35is pesait plus de 3 500 livres. BMW est le maître pour cacher dynamiquement son porc jusqu'à ce que vous l'obteniez à l'échelle. J'appellerai celui-ci une égalité, mais si le Z4 pouvait suivre un régime, il gagnerait. La vitesse de pointe de la Porsche est plus grande, mais c'est vraiment un nombre académique parce que je ne soupçonne personne aux États-Unis de s'approcher de sa vitesse de pointe sur l'un ou l'autre.

Ceux : BMW / Porsche

Ceux : BMW / Porsche

Pilotage:

Porsche a une direction électrique. BMW a une direction électrique. Il semble malheureux mais vrai que la direction électrique est là pour rester, même de la part de deux des meilleurs constructeurs automobiles d'Allemagne. La direction électrique est plus efficace et donne ainsi un MPG légèrement meilleur. On perd juste les fines nuances de la route, le bosse steer et ça me semble juste filtré. Ils lâchent tous les deux ici.

Haut:

Le dessus de la Porsche est en tissu ne prend que 9 secondes pour se ranger et pour la première fois se fait uniquement avec la bascule d'un bouton sur la console - enfin pas de loquets avec lesquels se brancher. Remarquablement avec la Porsche, vous pouvez ranger le toit à des vitesses allant jusqu'à 30 mph. Ce que je voulais faire, mais que j'ai réussi à supprimer lors de mon essai routier, c'était de démarrer le mécanisme de chute du haut, puis de marteler l'accélérateur. Avec le Z4, vous obtenez un toit rigide rabattable qui prend un peu plus de temps à 20 secondes pendant lesquelles vous devez rester immobile. Cela peut parfois être un problème si un feu stop change de manière inattendue, comme cela s'est produit lors de mon essai routier. Le toit rigide de BMW donne un look très élégant à la voiture et scelle vraiment la cabine de la route et du bruit avec le toit relevé.

Il y a également plus de 40% de verre en plus à voir par rapport à la Z4 de la génération précédente et bien plus de zone de visualisation (terme scientifique) que la Porsche. BMW a avec le Z4 sDrive35is peut-être leur meilleur échappement standard d'usine. Avec le haut vers le bas, c'est enivrant et j'avoue que c'était un régal inattendu. La Porsche est plutôt bonne, mais avec le toit abaissé, ce que vous remarquez le plus, c'est le moteur à haut régime qui déchire, pas l'échappement. Gagnant ici : Z4.

Vainqueur : BMW

Manutention:

Cette catégorie a été la plus grande déception pour moi pour la BMW. Les Bavarois ont toujours été le constructeur automobile de plus de châssis que de moteur, mais pas avec ce Z4 sDrive35is. Ce n'est pas mal jusqu'à ce que vous poussiez la voiture et je soupçonne que ceux qui achètent la Z4 ne la conduiront pas sur une piste ou même près de la limite. S'ils ne le font pas, ce ne sera probablement pas une déception pour eux, mais ça l'était pour moi. Regardez la vidéo ci-dessous et vous verrez que je ne suis pas le seul à l'évaluer.

La BMW me semble juste adaptée aux croisières en ville et à l'explosion de la conduite du country club et non de la piste. Voiture et chauffeur mettre un Z4 sDrive35is 2012 sur leur Lightning Lap 2012 au Virginia International Raceway. Pour moi, VIR est l'un des meilleurs hippodromes du pays et un plaisir absolu à conduire - changements d'élévation, virages aveugles et configurations multiples. C'est comme être dans un country club ou un terrain de golf coûteux, mais c'est pour nous les accros de la piste. Ils ont même une excellente cuisine de piste. Quoi qu'il en soit, voici le tour de Car and Driver dans la Z4 sDrive35is 2012.

Ils ont conduit la voiture à la limite et bien que mon essai routier ait été limité aux routes publiques pour les deux, les leurs montrent ce que j'ai ressenti par le siège du pantalon dans le Z4. Je n'ai pas rencontré de problèmes avec le DCT où il ne se déplaçait pas sous charge comme ils l'ont fait, mais encore une fois, je n'ai pas conduit comme ça sur les routes publiques non plus.

La catégorie de maniabilité est celle où le Boxster S 2013 écrase absolument la BMW. Cette Porsche adore être poussée fort. Il a un équilibre de poids légèrement arrière et il aime être jeté (jeu de mots !) Dans un coin. Peut-être qu'une meilleure façon de le décrire est d'arriver à chaud dans un virage, de clouer les freins, de réduire la vitesse, de faire tourner la voiture en fin de course et ensuite vous pouvez mettre le gaz plus tôt que vous ne le pensez.

Ici, un Z4 ne ferait que s'éloigner de la trajectoire en sous-virage, mais la Porsche charge les arrières larges et commence à exploser hors du virage à l'accélérateur. Un peu comme le ferait une 911 mais peut-être pas aussi spectaculaire. En théorie, avec une Porsche, cela devrait être lent en sortie rapide, mais avec les 600 livres de moins à tourner que le Z4, cela pourrait simplement réduire la vitesse rapidement. Porsche a ajouté 1,6 pouce à la voie avant avec son nouveau Boxster et 0,7 à l'arrière et la chose vous met au défi de la pousser de plus en plus fort dans un virage.

Les deux cabriolets allemands partagent une intéressante suspension réglable. Chacun a trois modes. BMW a les modes Confort / Sport et Sport + et la Porsche a Normal, Sport et Sport Plus. j'ai le nôtre Hugo Becker essayer de comprendre s'il s'agit du même système d'amortisseur réglable sur les deux voitures, même si je suis sûr que les deux ont des taux d'amortissement différents. Je reviendrai si nous pouvons confirmer mes soupçons.

Vainqueur : Porsche

Pouvoir corporatif :

Je ne vais pas répéter ce que nous savons tous sur le fait que BMW est une entreprise indépendante, mais cela donne à BMW la possibilité de développer des produits uniques en se concentrant uniquement sur la fourniture de la machine de conduite ultime. Cela laisse BMW très flexible pour faire ce qu'ils veulent, où ils veulent. Là où BMW perd à ce sujet, ce sont peut-être les économies de coûts sur les pièces partagées. Pour Porsche en revanche, Volkswagen finalise officiellement son rachat le 1er août. Avant même le rachat, Volkswagen avait nommé Matthias Müller au poste de PDG de Porsche en 2010.

M. Müller est un ancien cadre de carrière de VW et d'Audi. Est-ce un gros problème ? Peut-être peut-être pas. Mais demandez-vous si vous préférez faire construire une Porsche dans les usines Porsche de Leipzig ou de Stuttgart, ou une construite dans l'usine Karmann de Volkswagen à Osnabrück, en Allemagne, où le nouveau Boxster 2013 partagera la chaîne de montage avec les cabriolets VW Golf ? Au pouvoir des entreprises, BMW a maintenant l'avantage sur Porsche.

Vainqueur : BMW

Technologie:

Ici, BMW nettoie enfin l'horloge de Porsche. Bien que la Z4 sDriver35is que j'ai conduite n'ait pas d'iDrive, je l'ai beaucoup utilisée dans d'autres BMW dans sa version la plus récente. Cette dernière génération d'iDrive est une combinaison parfaite d'une interface facile à utiliser avec un grand écran. iDrive a un cadran très intuitif qui donne un bon retour tactile, des boutons pour vous aider à vous retrouver si vous vous perdez, l'appairage Bluetooth, même le streaming Bluetooth est tout simple. Le seul inconvénient est que vous devez connecter votre iPhone à la voiture par USB pour que les applications BMW fonctionnent et que vous devez toujours brancher le téléphone pour que certaines applications fonctionnent, donc ce n'est pas vraiment plug and forget.

Porsche a parcouru un long chemin dans le monde de la technologie et les influences de la Porsche Panamera sont évidentes dans toutes leurs nouvelles voitures conçues et très bien accueillies, mais Porsche n'est toujours pas aussi facile à utiliser que la BMW iDrive. Les petits boutons qu'ils s'attendent à ce que vous utilisiez sont bas et se perdent dans une mer de boutons. La sélection des lettres semble même inversée. Gardez à l'esprit que ce n'est qu'en 2009 qu'une Porsche 911 a obtenu le Bluetooth et vous avez l'idée que la technologie n'a jamais été leur point fort. La seule chose que Porsche a sur BMW est la possibilité d'ajouter la navigation ou d'autres informations configurables dans le tableau de bord à droite du tachymètre. Plutôt cool. Gagnant ici BMW.

Vainqueur : BMW

Verdict:

Je sais que BMWBLOG est un site Web axé sur BMW, mais dans ce cas, je dois appeler le comparo en faveur du Boxster S 2013. BMW gagne plus de catégories, mais il le fait en fonction de ses forces d'entreprise, et non de la dynamique de la voiture ou du facteur plaisir. Porsche propose une boîte manuelle à six vitesses, pèse 600 livres de moins et propose un véritable différentiel à glissement limité. De plus, j'adore le fait que Porsche fabrique toujours des moteurs à aspiration naturelle à haut régime.

Son six cylindres à plat de 3,4 litres est un joyau de 315 ch à régime élevé jusqu'à la ligne rouge et fonctionne bien avec la maniabilité prévisible du Boxster S aux limites. Je dois féliciter BMW d'avoir mis en place un excellent ensemble de performances pour le Z4 avec des disques de frein et des étriers plus robustes, et bien sûr avec ce moteur impressionnant maintenant utilisé dans le coupé M de la série 1.

Malheureusement, le Z4 n'est tout simplement pas vraiment à l'aise lorsqu'il est mis sur la piste ou poussé fort. Le Z4 a vraiment plus de moteur que de châssis, et c'est inhabituel pour BMW. De plus, le Z4 pèse même plus que le sacré BMW Z8 qui mesure 5 pouces de plus et est propulsé par le fou V8 M-Powered.

Cependant, un de mes collègues ici à BMWBLOG après avoir appris mon comparo, a dit que je suppose que le Boxster dominera… mais je prendrais quand même la BMW.

Flame Suit.

[Photos : BMW et Porsche]